Ghost All Mountain

Direction Millau pour cet événement qui s’annonce à la fois novateur et unique en son genre. Le concept est simple, un enduro le samedi et une poursuite XC le dimanche en fonction des écarts de la veille. La polyvalence et les gros mollets seront les maitres mots ce weekend !

Première étape et non des moindre, se rendre à Millau depuis Grenoble. N’ayant pas forcément envie de me prendre les bouchons des départs en week-end, j’opte pour la nationale, HAHA, 6h30 plus tard me voilà à Millau, Bimm j’ai déjà mal aux fesses… Après être allé chercher ma belle plaque numéro 15, direction Le Rozier, un très joli village au bord du Tarn pour essayer de reconnaitre au moins une des deux spéciales accessibles aux recos. 18h, parfait pour entamer des recos la veille d’une course J. A vrai dire, j’y allais vraiment plus pour voir sur quel type de terrain nous allions rouler plutôt que de reconnaitre chaque caillou. Je réussi donc à reconnaitre la spéciale 2, la plus courte des trois. C’est rapide, étroit, glissant mais c’est surtout superbe à rouler ! 1 spéciale sur 2, ça suffira pour moi pour ce soir, de toute façon, ça me démoralisait de monter en vélo en me faisant doubler par des tas de navettes, « ça lime sévère ».

Installation du camping « gitan style » au milieu du village et … rideau, bonne nuit !

Ghost All Mountain

Samedi : Le programme du jour est alléchant, 3 spéciales, 1600m de D+ annoncé pour 45km, une belle journée de vélo en somme. La canicule annoncée ne sera pas encore tout de suite au rendez-vous, c’est couvert, parfait car même couvert il fait déjà bien chaud. Les liaisons sont vraiment sympas, un peu de route mais pas trop, des beaux singles, des beaux points de vue, bref, elle est belle cette région.

La spé 1 est longue et physique, il faut relancer tout le long sur un single en balcon bien piégeur par endroit et un finish plutôt technique, bref un très belle spéciale qui réveille dès le matin. A noter qu’un bon nombre de participants s’est trompé à cause d’une rubalise mal placée, ça ronchonne à l’arrivée. Direction la spéciale 2, je la redoutais un peu car je m’étais fait de belles frayeurs aux recos dedans. Finalement ça se passe plutôt bien même s’il était vraiment possible de lâcher les freins, disons que j’ai opté pour la sécurité. Arrivé au Rozier pour un ravito/repas avec une (trop) longue pause. On aurait sans doute préférer enchainer sur la dernière spéciale histoire de garder le rythme et surtout de finir un peu plus tôt pour nous préparer pour le lendemain mais qu’il en soit ainsi, c’est pas non plus désagréable de faire bronzette au soleil.

C’est parti pour la spéciale 3, ma préférée, ça engage sur le haut avec de beaux passages techniques, de belles relances et des lignes droites à Mach 12 sur un single très étroit où il faut veiller à ne pas se faire arracher un bras par un buis, c’est la plus belle !

Voilà l’enduro est fini, pas de chute, pas de casse, je reste quand même avec le sentiment que je pouvais lâcher un peu plus les freins mais bon on verra les résultats.

Petite baignade dans le Tarn, et direction les hauteurs de Millau pour y poser ma 2 secondes pour la nuit.

Les résultats tombent vers 22h, verdict 16ème, je suis plutôt content. Par contre, vu les loupés sur la spé 1, le coefficient multiplicateur permettant de mettre sur le même pied d’égalité l’enduro et le XC ne seront appliqués que sur les spéciales 2 et 3, je me retrouve donc relégué à la 17ème place.

viaduc

Dimanche : Aujourd’hui c’est XC, youhou ! Je n’ai fait aucun changement sur mon spé pour lequel j’ai une confiance absolue. L’objectif du jour est de maintenir ma place voir mieux si les jambes répondent présentes.

Le départ de la poursuite est juste sublime avec comme décor devinez quoi ? … Et oui, le viaduc de Millau ! Les premiers s’élancent, on réalise alors, l’importance des écarts entre les coureurs. 14 minutes plus tard c’est à mon tour de m’élancer, c’est parti pour plus d’1h30 de vélo à fond ! La première partie est plutôt descendante, je pilote comme quelqu’un sortant de boite de nuit avec 5g dans chaque œil, c’est une catastrophe, il va falloir se réveiller gros lulu! Je me prends un stop dans l’épaule par un arbre et hop c’est chose faite me voilà réveillé ! La suite est vraiment sympa, un peu de portage comme je les aime, mais surtout des montées plutôt roulantes. Je regarde le Garmin qui m’indique déjà 1h de course et 600m de déniv, ça passe vite au final ! Je reprends rapidement deux personnes mais la fusée Pelizzari avec son désormais célèbre casque aéro me double, j’essaye de prendre sa roue mais finalement je me résigne. Je me fais à nouveau doubler par deux fusées, mais une des deux fusées aura un coup de moins bien, je le reprends à quelques kms de l’arrivée. J’arrive même à en reprendre un nouveau dans les ultimes derniers mètres de la course mais il s’accroche et me grille la priorité sur la ligne d’arrivée. Résultat, je parviens à grappiller une place pour finalement me reclasser comme à l’issue de l’enduro, c’est-à-dire 16ème !

Ghost All Mountain

Un bien beau weekend, avec un très bon concept où tout le monde peut y trouver son compte. Un grand merci donc à l’équipe d’organisation qui fait bouger le monde du vtt en proposant des événements novateurs comme celui-ci ! Et d’après ce que j’ai compris, ce n’est pas fini, ils en gardent sous la pédale …

Luka.

 

Crédit photos : Endurotribe